Intelligence artificielle et économie financiarisée

Share Button

L’intelligence artificielle (IA) est florissante. Sa croissance est tirée par un ensemble de facteurs liés à la technologie et au marché : 1/ La puissance de calcul des téléphones et des ordinateurs portables est beaucoup plus grande que celle de nombreux ordinateurs centraux utilisés il y a un demi-siècle. Les investisseurs ont toujours utilisé divers types de technologie pour glaner de l’information sur les marchés avant leurs concurrents. La rapidité des technologies de l’information et de la communication a permis à ceux qui peuvent se le permettre d’avoir un avantage sur leurs concurrents. 2/ Les données disponibles pour le traitement sont en croissance. 3/ Des algorithmes plus intelligents et fiables ont été développés au cours des dernières décennies. 4/ L’utilisation de ces données s’est révélée miraculeuse pour résoudre des problèmes de santé, ce qui a donné un nouvel élan à l’utilisation de l’IA dans d’autres secteurs. Mais, comme pour toute innovation, il existe des blocages institutionnels. Par exemple, il y a le manque de main-d’œuvre qualifiée disponible dans ce domaine ou encore l’inquiétude suscitée par l’insuffisance des normes relatives à la confidentialité des données.

Les avantages économiques et les craintes ont fait de l’IA un enjeu politique et économique au niveau international. Compte tenu de son grand potentiel de marché, les grands blocs de pays (États-Unis, Chine, Canada et Union européenne) se disputent la primauté et, en même temps, accentuent sa croissance.

Les marchés financiers sont aujourd’hui gérés par ordinateur : l’intervention humaine s’amenuise, les cambistes sont remplacés par des transactions exécutées électroniquement. Non seulement celles-ci sont plus rapides, mais elles sont instantanément enregistrées et ajoutées au stock d’informations. L’utilisation du trading à haute fréquence permet d’obtenir des rendements sur les moindres anomalies. Les prochains à disparaître sont les gestionnaires de portefeuille. Les analystes en valeurs mobilières sont remplacés par des algorithmes et des fonds de placement passifs. Les fonds passifs suivis par Morning Star valent plus que ceux gérés par les humains (The Economist, 2019).

A la fin du siècle dernier, nous avons déjà assisté à l’apparition des hedge funds quantitatifs qui analysent le marché par la recherche de données. Mais seulement un quart de ces fonds sont gérés uniquement par des gestionnaires humains. Bien plus importants sont ceux qui utilisent l’intelligence artificielle. Certains fonds quantiques (fonds spéculatifs employant des techniques quantitatives de placement), comme Bridgewater et bon nombre des fonds de BlackRock, utilisent des algorithmes pour effectuer l’analyse des données, mais font appel aux humains pour sélectionner les transactions. C’est parce que l’investissement algorithmique piloté par l’IA identifie souvent des facteurs que les humains ne font pas ; mais les analystes humains peuvent chercher à comprendre ce que la machine a repéré pour trouver de nouveaux facteurs “explicables”. Mais de nombreux fonds quantiques, tels que Two Sigma et Renaissance Technologies, ainsi que quelques fonds de BlackRock, poussent encore plus loin l’automatisation, en utilisant l’apprentissage machine et l’intelligence artificielle (IA) pour permettre aux machines de choisir les actions à acheter et vendre. La rapidité de leur prise de décision et de leur exécution donne un avantage à ces investisseurs.

Le résultat est que le marché boursier est maintenant extrêmement efficace, mais volatile. Les nouveaux marchés servis par des robots permettent de réduire considérablement les coûts. Le coût plus faible d’exécution d’une transaction signifie que les nouvelles informations sur une entreprise sont instantanément reflétées dans son prix. Les principaux sites de courtage aux consommateurs s’attendent à ce que les frais de négociation soient nuls. Ces frais moins élevés contribuent à la liquidité des actions. Plus de liquidité signifie un écart plus faible entre le prix qu’un trader peut acheter une action et le prix qu’il peut la vendre.

Selon une étude récente (Research and Markets, 2019), le marché mondial des puces IA valait 6,6 milliards de dollars en 2018. Ce montant devrait atteindre 91,2 milliards de dollars d’ici 2025. À l’heure actuelle, l’Amérique du Nord est en tête du marché des puces AI. Les puces sont utilisées dans les véhicules autonomes, les soins de santé, la cybersécurité, les écrans d’affichage ainsi que les vêtements intelligents. Le principal acteur en Amérique du Nord est les États-Unis, le premier acteur en Europe est le Royaume-Uni et le leader dans la région Asie-Pacifique est la Chine.

Les risques sont nombreux. La première crainte est que les grands acteurs technologiques (tels que les GAFAM aux Etats-Unis – Google, Amazon, Facebook, Apple, Microsoft – ou les BATX en Chine – Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi) ne dominent le marché et n’évincent les opérateurs historiques comme les banques ainsi que les petites entreprises FinTech. Une telle augmentation du pouvoir de monopole signifie que les clients auront finalement moins de choix et paieront plus cher. D’un point de vue plus technique, le risque est lié au piratage associé à la concentration d’une masse importante de données dans les mains d’un petit nombre d’acteurs.

 

Arvind ASHTA

Burgundy School of Business, Dijon