Consultez notre nouvel édito !

Share Button

Les transformations managériales : un levier de performance ?

 

Pendant très longtemps, l’innovation était explorée sous un angle restrictif purement technique et technologique, principalement à travers des mesures des efforts déployés pour innover ou de ce que l’innovation produit.

Toutefois, l’innovation peut conduire à un nouveau mode d’organisation de la production, de la distribution, à trouver un nouveau business model (système de reprise vente, low cost), à inventer une nouvelle manière de communiquer et de vendre en créant une communauté autour d’un produit ou service (des exemples sur www. Businessmodelgeneration.com), à créer une innovation sociale (aider les jeunes à financer leurs études en utilisant une plate-forme de dons ou prêts en crowd). En effet, l’innovation pourrait être managériale et échapper ainsi à cette approche conventionnelle qui peine à décrire les transformations que connaissent les entreprises et les structures.

Il est à signaler, dans ce sens, que depuis 2007, l’OCDE démontre que plus de 50% des innovations ne sont ni techniques ni technologiques. L’OCDE valorise fortement la place de l’innovation managériale. Il rappelle que la définition de l’innovation comme le développement de nouvelles technologies favorisant la création de nouveaux produits et/ou l’implémentation de nouveaux processus, est une définition biaisée, très orientée vers les dimensions les plus visibles induisant de grands changements de pratiques et des outils/processus de production. Or, les innovations résultant de la recherche et du développement ne représentent qu’une partie réduite de l’innovation. La mise en place de nouveaux concepts pour une entreprise/structure, l’introduction de nouveaux services pour un marché/secteur et l’adaptation de produits/services à une nouvelle clientèle sont aussi des formes d’innovation. C’est pour cette raison que l’OCDE a adopté une définition inclusive de l’innovation qui recense quatre types d’innovation : l’innovation produit, l’innovation processus, l’innovation marketing, et l’innovation organisationnelle.

Plusieurs définitions ont été avancées pour cerner les innovations managériales. On a longuement considéré que les innovations managériales sont la résultante de tout programme, produit, technique innovant pouvant affecter la qualité ou le volume d’informations utilisable dans le processus de décision. En se focalisant sur la naissance de ces nouvelles pratiques, et les acteurs impliqués dans ces processus d’innovation, les innovations managériales sont devenues toutes les pratiques managériales qui se distinguent des processus et des principes de management existant, puis les nouvelles pratiques managériales permettant d’atteindre des objectifs plutôt d’ordre organisationnel, pour se résumer à toutes les pratiques de management nouvelles pour l’entreprise, dont le but est d’améliorer sa performance.

Dans les innovations organisationnelles, les individus et leurs interactions sont au cœur du processus ; un processus dépendant étroitement de la dimension humaine et des initiatives individuelles conjuguées au travail collectif. Les grandes entreprises avec de multiples niveaux hiérarchiques sont dans l’incapacité de répondre à temps aux attentes des parties prenantes et de profiter des opportunités présentes dans l’environnement. Repenser la structure permettrait de réduire les problèmes de communication, et de favoriser l’appropriation des projets innovants par les équipes. En valorisant les niveaux hiérarchiques en bas de l’échelle, les structures  augmentent les temps de réponse et l’agilité du processus de prise de décision. C’est ce qui a poussé bon nombre d’entreprises à s’inscrire dans une logique d’alignement stratégique, écrasant de plus en plus les structures verticales et favorisant ainsi des interactions flexibles et rapides.

Les innovations organisationnelles remettent en question la structure de l’entreprise, son fonctionnement, ses frontières et même son rôle. Leur vertu majeure est de créer un environnement inclusif et propice aux idées et aux initiatives, notamment celles innovantes.

Par Ouidad Yousfi, Université de Montpellier