Edito du mois de novembre 2017

« Innover et se mobiliser face au changement climatique », par Jean Marc TOUZARD*

Cyclones plus intenses en Caraïbes, sécheresse et incendies dans le sud de la France et au Portugal, mousson dramatique en Inde… L’actualité récente ne cesse de nous rappeler que le changement climatique est bien là et qu’il est porteur de risques croissants pour nos sociétés. Mais pas de fatalité, car nous sommes à l’origine de ce bouleversement ! Nous pouvons donc éviter le pire en modifiant nos manières de produire, de nous déplacer et de consommer pour limiter drastiquement nos émissions de gaz à effet de serre (GES) et nous adapter aux impacts à venir. C’est la direction prise par les engagements volontaires des Etats lors de la COP21 en 2015 à Paris, en combinant des objectifs ambitieux de réduction d’émission de GES, avec une impulsion forte au développement de solutions et d’innovations pour une économie décarbonée et résiliente. Certes l’irresponsabilité et la folie de Donald Trump menacent le processus politique engagé au niveau mondial, mais il faut croire que sa position ne pourra durer, isolée au plan international et contestée aux Etats-Unis par une majorité de villes, d’Etats, d’associations, de medias et de personnalités publiques. Le mouvement de mobilisation et d’innovations pour faire face au changement climatique peut être retardé, mais il ne sera plus arrêté. Les initiatives se multiplient partout, portées par des entreprises, des chercheurs, des collectivités, des citoyens. Elles concernent avant tout les secteurs de l’énergie, de l’agriculture, des transports, du bâtiment, mais aussi l’ensemble des activités industrielles et de services, tout comme nos comportements de consommateurs et d’usagers. C’est un nouveau modèle de développement qui se construit, par tâtonnement, accompagné de crises et de débats sur ses orientations technologiques et sociales, animé par des enjeux de pouvoir et des concurrences économiques. La transition climatique et énergétique qui est engagée doit aussi intégrer des questions clé comme celle des inégalités sociales ou de la réduction fulgurante de la biodiversité, accentuées par le changement climatique. C’est un défi important posé à tous et en particulier aux scientifiques qui étudient et accompagnent les innovations qui transforment nos économies et nos sociétés, innovations qu’il nous faut « climatiser ». C’est à cette perspective que veulent contribuer le RRI et les numéros des revues Innovations – Revue d’Economie et de Gestion d’Innovation (n°54) et Journal of Innovation Economics & Management (n°24) – qui viennent de paraître en septembre et octobre 2017, à la veille d’un nouveau sommet international sur le climat, à Bonn, et sans doute d’autres catastrophes climatiques qui vont nous rappeler l’urgence de nous mobiliser et d’innover.

* UMR Innovation, Montpellier